Entre art et documentaire, le photographe français Vincent Rosenblatt célèbre l’énergie créative des favelas avec deux séries : le carnaval du Bate-Bola et les fêtes du Baile Funk.

formation photographe par correspondance

Bate-Bola, le carnaval secret de Rio (2005-2015)

Photographe de presse et étudiant aux Beaux-Arts de Paris, Vincent Rosenblatt s’envole pour le Brésil en 1999 dans le cadre d’une bourse d’échange. À Rio de Janeiro, il découvre les favelas, quartiers pauvres et surpeuplés collées à la ville, mais séparés d’elle par des barrières à la fois visibles et invisibles.

Rompant avec l’image de carte postale du carnaval et des écoles de samba, il commence par photographier dans la marge les clowns étranges, futuristes et un peu terrifiants du Bate-Bola, le carnaval des favelas, version gettho fabuleuse du carnaval officiel.

Trois jours de processions et de fêtes, de compétitions scéniques parfois violentes, des mois de travail de travail pour confectionner des costumes fantastiques aux couleurs du street art : le Bate-Bola (frappeur de balle, en portugais) reste ignoré des médias et des classes moyennes brésiliennes, mais il fait battre le cœur des favelas.

Chaque année, des gangs d’une centaine de clowns chacun, tous parés de plumes multicolores et de costumes de satin aux formes disproportionnées, entrent en compétition et traversent les banlieues de Rio en lançant leur balle sur le sol.

Les parades s’achèvent dans les soirées de funk carioca, d’énormes soundsystems appelés Baile Funk.

Baile Funk, le soundsystem des favelas (2007-2016)

Les Bailes Funks sont des soundsystems interdits par la loi qui diffusent du funk carioca, un mélange de miami bass et de favela rap. Chaque week-end, des milliers de jeunes se retrouvent dans plusieurs centaines de bailes funks, malgré la répression policière et le contrôle des trafiquants de drogue.

Toute la culture underground de Rio émerge dans ces fêtes : corps et vêtements parés du style « Funkeiro » pour attirer l’attention, shows de boysband et de girlsband des bidonvilles, affirmation de l’identité afro-brésilienne…

En photographiant des espaces où l’expression artistique peut neutraliser la violence, Vincent Rosenblatt met en lumière la face cachée du Brésil et l’énergie créative de toute une génération de cariocas des favelas.

Se former à distance pour devenir photographe

Vous êtes passionné de photo et rêvez de devenir photographe professionnel ?

Notre école de graphisme, design, mode et photo vous propose des formations photographe en ligne pour apprendre le métier :

Le site de Vincent Rosenblatt

formation photographe a distance

 

une question ?

contactez nous :

web call back

Rappel immédiat et gratuit !

Besoin d'un conseil ? Nous vous appelons !*

Inscrivez votre numéro de téléphone
et cliquez sur valider.

Pays :

Téléphone :

* Sauf week-end et jours fériés

icone-satisfaction
SATISFACTION
93%
de nos élèves recommanderaient
Lignes & Formations
à leurs amis **

reussite
REUSSITE
Diplômé ou
100% remboursé *
pour : BTS / BEP

flexibilite
FLEXIBILITE
• Avec ou sans BAC
• Inscription toute l’année
• Formations à votre rythme
où que vous soyez

icone-like
FACEBOOK
81 000
jaime